La systémique, notion clé du changement continu

26 août 2015 Aucun commentaire
matrioska
« […] dans l’organisation, les frontières de chacun des sous-systèmes ne sont pas fractionnées aussi distinctement que celles des poupées russes… ».

La « réalité » organisationnelle est multiple, dynamique, difficilement prévisible et complexe. Toutefois, cela ne devrait pas être synonyme de « compliquée ». C’est souvent lorsque notre compréhension de l’organisation est réductrice que nous la compliquons par manque d’adéquation…

Ce premier article d’une série de trois s’attarde à la perspective systémique de l’organisation pour situer le rôle des dynamiques humaines dans les performances individuelles et collectives (L’organisation, ce casse-tête social) et comprendre ses avantages pratiques (La systémique en pratique).

 

 

 

L’organisation, un système humain

La composition d’une organisation a souvent été comparée à celle d’une poupée russe où une poupée « globale » contient d’autres poupées emboîtées jusqu’à la dernière, qui elle, est indivisible. En quelque sorte, cette dernière est l’unité de base du système de poupées.

Dans une conception systémique de l’organisation, l’organisation se compose de la même façon qu’une poupée russe. Elle est un système circulaire comprenant plusieurs niveaux systémiques (sous- système) interdépendants, dont l’unité de base est l’individu. Autrement dit, chaque personne de l’organisation est un « sous- système » unique en soi qui participe au développement d’un plus grand « sous- système » (par ex. équipe de travail de production, de l’administration, des finances, etc.).

Or, la personne est aussi influencée par ces systèmes auxquels elle participe. Les interactions sont alors présentes entre l’individu et plusieurs niveaux à la fois, eux- mêmes en interaction…Donc, dans l’organisation, les frontières de chacun des sous-systèmes ne sont pas fractionnées aussi distinctement que celles des poupées russes. Les frontières entre chacun des niveaux de systèmes sont plutôt souples et perméables.

La richesse d’une approche systémique de l’organisation prend donc sa valeur lorsqu’on envisage que les sous-systèmes sont vivants, ouverts et imbriqués ensemble plutôt que subordonnés les uns aux autres et fermés. Envisagée ainsi, l’organisation est :

  1. un système ouvert puisque chacun des sous- systèmes est perméable à l’environnement organisationnel, lui-même perméable à l’environnement extraorganisationnel ;
  2. un système dynamique puisqu’il est en constant mouvement. Tous les « sous- systèmes » sont en formation simultanée et en formation constante ;
  3. un tout composé de sous-systèmes interdépendants puisque l’ensemble des sous-systèmes s’inter- influence et affecte fonctionnement organisationnel (ils devraient fonctionner en synergie pour permettre un fonctionnement organisationnel optimal) ;
  4. Un tout composé de sous-systèmes complémentaires puisque chacun des « sous-systèmes » poursuit l’atteinte d’un but commun à l’ensemble de l’organisation ;
  5. Un système dont la composante principale est les individus impliqués et sur lesquelles reposent le développement et la durabilité des activités de l’organisation.

 

En résumé, ces caractéristiques montrent que l’organisation est un système social composé de plusieurs variables dépendantes au sein duquel, un changement sur le plan fonctionnel, matériel ou social, peut déséquilibrer la synergie de l’ensemble et compromettre le succès collectif…

Une telle attention portée aux interrelations entre les comportements individuels et l’environnement permet d’orienter des interventions « multiniveaux », soit des actions plus complètes et plus efficaces pour faciliter la participation active de tous, la performance et le bien-être au travail.

cible seminar symétrisAuteure : Ariane Laberge Sévigny

Des questions ? Des commentaires ? N’hésitez- pas à nous contacter! Info@seminarfc.com


 

Références :
Audet, M. (2009). Dossier spécial – Le développement organisationnel : plus essentiel que jamais. 12(3). Consulté en ligne : http://www.portailrh.org/effectif/fiche_campusrh.aspx?p=406920
Baranski. L. (2001). Le manager éclairé. Paris, Editions d’Organisation.
Tellier Y. (1992) « Le développement organisationnel », dans Tessier, R. et Tellier, Y. (dir.) Méthodes d’intervention, développement organisationnel; Changement planifié et développement des organisations; t. 8, Sillery, Québec : Presses de l’Université du Québec.

 

Soyez le premier à faire un commentaire “La systémique, notion clé du changement continu”